Tuto couture – Serviette hygiénique lavable

Aujourd’hui, je vous parle d’un de mes premiers projets couture, que j’ai adoré coudre : les serviettes hygiéniques lavables. C’était le premier projet qui m’a donné envie d’écrire ce blog initialement ! Bon, mon problème c’est qu’il fallait attendre que j’en couse à nouveau afin de vous décrire le processus en photo…

Ce remplacement écologique et économique à cette serviette jetable si désagréable… Sur le long terme, c’est déjà rentable en achetant ses serviettes lavables, mais alors en les faisant, on n’en parle même pas ! Fini les produits inconnus et dangereux dans nos culottes, sans parler des odeurs insupportables et des ailettes qui collent aux fesses. Bon la serviette lavable, ce n’est pas que du bonheur non plus, je ne vais pas vous mentir, ça a des désavantages non négligeables. Enfin, ça en a un : le nettoyage, mais j’y reviendrai plus tard.

L’avantage de se coudre ses propres serviettes, c’est que l’on peut s’adapter à nos menstruations et à notre morphologie ! Vous les préférez larges, fines, longues, courtes, épaisses ou fines, le choix est à vous. J’ai essayé plusieurs modèles que j’ai déniché à droite et à gauche, et j’ai fini par combiner ce qui m’intéressait pour faire ma serviette parfaite. Je me suis fait deux modèles, un grand pour les premiers jours où mes règles sont plus abondantes et un petit modèle pour le reste de la semaine ou en complément de la coupe menstruelle avec laquelle il m’arrive parfois d’avoir quelques fuites.

Petit désavantage : le matériel à se procurer est un peu plus technique que du tissu de base, mais il est facilement trouvable sur internet, ce n’est rien d’insurmontable !

Partie 1 : tuto

Donc, vous aurez besoin de :

  • une chute de coton pour le côté « joli » de la serviette
  • une chute de coton de couleur rouge ou du moins foncée pour le côté moins glamour de la serviette. Il est préférable d’avoir un tissu différent du premier afin de ne pas confondre l’intérieur de l’extérieur !
  • un tissu éponge absorbant. Le plus absorbant tout en restant fin est le tissu éponge en bambou dont on entend parler si souvent aujourd’hui, mais si vous n’avez qu’une vielle serviette de bain à découper sous la main, cela peut faire l’affaire.
  • un tissu enduit PUL imperméable. Moi j’ai acheté un tissu pour couche de bébé, c’est souple et fin, c’est parfait.
  • boutons pressions ou scratch à coudre.
  • et comme toujours, une bonne paire de ciseaux et une machine à coudre !

1- Imprimez et découpez le patron de votre choix parmi les deux modèles. Il faut être enregistré pour pouvoir le télécharger.

Merci de ne pas utiliser ces modèles à des fins commerciales. 

2- Découper la forme extérieure de la serviette dans les deux cotons et dans le tissu imperméable. (Sur ma photo, j’ai utilisé des tout petits bouts de chute, et j’ai dû coudre deux morceaux pour former le côté rouge, d’où la couture en plein milieu…) et découper la petite forme intérieure de la serviette dans le tissu éponge. Selon l’épaisseur et l’absorption souhaitée, vous pouvez mettre de 1 à 3 couches de tissu éponge. Dans ce cas, découper autant de fois que nécessaire la forme en question. Attention, 3 couches ça peut donner un résultat assez épais, et par conséquent peut-être plus gênant. Pour ma part, je n’ai pas de règles particulièrement abondantes, mais avec deux couches en bambou je tiens largement la journée dans mes grandes serviettes, même le jour le plus abondant. A vrai dire, j’ai une deuxième couche par précaution, mais je ne suis pas sûre qu’elle me soit vraiment utile. Pour mes petites serviettes, une seule couche m’est bien suffisante.

3- Surfiler et coudre ensemble les différentes couches éponges avec un point zigzag pour ne pas qu’elles se séparent ni s’effilochent.

4- Coudre au point droit le tissu éponge à 2mm du bord contre l’intérieur du coton rouge (encore une fois, ignorez la couture du milieu sur mon coton rouge).

5- J’aime bien coudre une « tranchée » au centre de la serviette pour guider le liquide vers l’intérieur et éviter qu’il n’essaye de s’échapper de ma culotte. J’utilise le point vague de ma machine que j’aime beaucoup. Vu du dessus, ça donne ça :

 

6- Maintenant, je viens coudre le PUL, partie imperméable contre le tissu rouge (avec la partie absorbante cousue au milieu désormais), à 8mm du bord. J’utilise un point droit resserré à entre 1 et 1.5mm, pour éviter tout passage entre les coutures du liquide.

Attention : ne pas utiliser d’épingles sur ce tissu, cela créerait des petits trous qui pourraient compromettre la fonction imperméable du tissu… Préférer les pinces à couture.

7- Venir coudre les deux cotons endroit contre endroit à 1cm du bord en laissant une ouverture de 3 cm, de préférence sur une ligne droite. J’utilise encore le point droit resserré entre 1 et 1.5mm.

8- Entailler les arrondis.

9 – Retourner la serviette comme une chaussette et surpiquer à 2mm du bord avec un point droit de 3mm de longueur.

10- Poser les pressions sur les ailettes (ou le scratch).

10- Et voilà une magnifique serviette lavable et pliable !! N’est-elle pas trop mignonne ? Avouez les filles, il vous tarde presque vos prochaines règles pour que vous puissiez l’essayer.

 

Partie 2  : Et au quotidien c’est comment ?

Maintenant, parlons pratique. Parce que OK on a de jolies serviettes, mais comment ça marche vraiment ? Eh bien, ce n’est pas compliqué. Grace aux pressions, on peut clipser notre nouvelle serviette à l’intérieur de notre culotte. Bien sûr, ne vous trompez pas de côté, sinon c’est la cata assurée !! Il faut évidemment mettre le côté rouge/foncé vers le haut et le côté « joli » contre la culotte.

Une fois remplie, vous pouvez la retirer et la remplacer par une autre. Si vous avez la chance d’être à la maison, alors rincez-la immédiatement à l’eau froide au robinet puis laissez-la tremper dans une bassine d’eau froide. Pour ma part, j’utilise une petite bassine que je positionne dans le tambour de la machine à laver pour faire tremper mes serviettes, parce qu’on va l’avouer, ce n’est pas ultra glamour de laisser ça en plein milieu… Si vous n’êtes malheureusement pas chez vous, repliez-la et gardez-la dans un sac plastique le temps de rentrer chez vous. Si vous laissez la serviette tremper plus d’une nuit parce que vous attendez de faire une machine, n’oubliez pas de changer l’eau, sinon cela risque de tacher le reste de la serviette (même le côté « joli »). J’accumule en général mes serviettes durant la semaine (que je laisse sécher si elles ne sont plus tâchées, pas la peine d’abîmer le tissu dans l’eau), et je mets le tout avec le reste de mes vêtements à la fin de la semaine. Il est préférable d’utiliser un programme à l’eau froide ou à 20° car la chaleur fait « cuire » le sang, qui s’imprègne alors dans les fibres.

Donc OK, ça demande une petite logistique, mais vous pouvez y arriver. Le problème, je l’avoue, c’est lorsque l’on part en vacances. On n’a pas forcément la possibilité de faire tremper ses jolies serviettes ensanglantées quand on est invitée une semaine chez des amis par exemple. Personnellement, dans les cas de déplacements à longue durée, je favorise au maximum l’utilisation de la cup au moins les trois premiers jours, même la nuit même si ce n’est pas préconisé. J’aurais trop honte de laisser de jolies tâches dans les draps blancs de belle-maman… Pour le reste de la semaine, mes petites serviettes suffisent largement et je n’ai généralement pas besoin de les faire tremper, un rinçage suffit. Je peux alors les faire sécher discrètement près de mon linge sale.

Et niveau efficacité, c’est comment ?? Ceci n’est que mon expérience personnelle bien évidemment, et chaque femme a des règles différentes et aura probablement un ressenti différent. Pour ma part, je trouve qu’elles absorbent mieux qu’une serviette jetable de jour. J’ai rarement pu me contenter d’une seule serviette dans la journée pour mon premier jour de règles avant. Petit inconvénient, selon la culotte que je porte, la serviette peut avoir tendance à bouger d’avant en arrière durant la journée, ce qui peut être gênant. Niveau fuite, c’est pareil voire mieux. Ca m’arrive parfois,  comme avant. Ca m’arrive la nuit parce que eh bien, on ne contrôle pas comment on dort et que ça coule sur le côté quoi.

Enfin, dernière question et non des moindre, niveau confort c’est comment ? Eh bien c’est top ! Le contact du coton est clairement plus agréable que le tissu collant de la serviette jetable, on a l’impression d’être dans sa culotte ! Ce qui m’a perturbé au début… Et pour notre confort nasal, nos serviettes n’ont pas d’odeur horrible censé « camoufler » l’odeur du sang. Après 10 ou 12h, elle va commencer à sentir évidemment, il ne faut pas s’attendre à un miracle, mais rien à voir avec les jetables !

 

Bref, après plus d’un an d’utilisation, je m’estime vraiment satisfaite de cette expérience, et je ne peux que le recommander aux autres !

 

4 Replies to “Tuto couture – Serviette hygiénique lavable”

  1. Bonjour je suis emballée par votre tuto. Quelle générosité de nous le faire partager!!! J’ai fait trois essais! Mon troisième est le bon, je fais des ailettes plus larges pour mettre plutôt deux boutons pression. Aussi pour la nuit je l’ai coupée plus longue. Plus sécurisant. Mer i

    1. Merci pour ce gentil commentaire, je suis ravie que ca plaise et que ça serve ! 🙂

  2. Bonjour !
    Merci pour ce témoignage et généreux partage. Les fournitures sont commandées, je vais tenter l’aventure prochainement !
    Marion

    1. Bonjour Marion! Bienvenue dans l’aventure 😉 N’hésite pas à envoyer les résultats en photo, je serais super contente de voir ces jolies serviettes !

Laisser un commentaire